mercredi 19 février 2014

Virus H 23.42.54 : la miraculée témoigne

Je suis mallllllllaaaaaadeeee complètement mallaaaaade ...
Ouai Mlle P est faillible triste nouvelle pour toi lecteur qui t'imaginais une Mlle P forte comme le fer dure comme le bois bon ok j'arrête les comparaisons foireuses!

Les lignes qui vont suivre sont la poignante reconstitution d'une miraculée du virus hivernal.

Dimanche réveil difficile, la gorge sèche le mucus présent, très présent! Un léger frisson parcours le corps de la frêle demoiselle (oui j'en fais des tonnes et c'est pas fini). Elle se lève, le pas chaotique et peu sûr direction la cuisine pour un petit déjeuner dominical. Quelques tartines, un litre de café plus tard, elle se sent faible et décide de se recoucher quelques instants. 
Elle se réveille 1h plus tard, le frisson s'est transformé en vague de froid polaire. Vérification oblige elle sort le thermomètre verdict 38 degrés (légère déception quand même !) tea Time prévu avec des amis elle se lève englouti un doliprane 10 000 (quoi ça existe pas ?!) et traverse Paris malgré le mal qui l'envahi. Fin d'aprèm, Rdv à Montparnasse avec un ami de passage c'est là que le 1er drame arrive, alors que le rdv touche à sa fin ledit ami propose un crêpe à Mlle P qui la refuse (drame) préférant allez se mettre sous sa couette. Retour en métro même le conducteur sorti entre deux A/R de la ligne 5 place d'Italie pour un café ou toutes autres occupations dites "de pause" revient pour prendre les commandes de son bolide et voyant la mine dépitée de Mlle P lui demande si tout va bien (dois vraiment avoir une gueule à faire peur)(re-drame).

Arrivée chez elle, re-prise de température 39 ... là déjà ça claque plus non ?
Commence une nuit agitée pas les soubresauts et délires fiévreux.

Lundi matin prise de rdv chez le médecin et la demi heure d'attente réglementaire, pour sortir avec une ordonnance de PARACETAMOL (re-re-drame elle minimise je vous dis elle minimise!!) et deux jours d'arrêt. 
La journée passe sous une tonne de couvertures et de peignoir. Devant des émissions télé dont vous ne soupçonneriez même pas l'existence. Elles ont par contre l'avantage d'agir comme un psychotrope sur le cerveau embrumé de Mlle P.

Mardi le processus de décomposition est amorcé, décomposition de la fierté de Mlle P. Même pas la force de s'habiller, ou de faire son lit... en même temps elle oscille entre ce dernier et son canap alors!! Et déchéance de son apparence physique les traces d'oreiller mixées aux effets de la fièvre laissent leurs stigmates (là point trop de détails tu feras appel à ton imagination hein)  Appel à sa MAMAN CHÉRIE toutes les demis heures après un constat implacable : Mlle P est seule et si elle se cassait la figure dans les escaliers et se fracassait le crâne PERSONNE ne s'en rendrait compte (c'est bon la fièvre fait toujours son effet de drogue hallucinogène) par contre elle est censée reprendre le boulot demain heu comment dire ça va être compliqué là! 
Message à sa bosse pour la prévenir,  réponse laconique "bien reçu" ( nous rappellerons ici que ce récit est entièrement véridique !!) 

Mercredi la fièvre est tombée c'est déjà ça mais le mucus à fait son grand retour accompagné de la toux et la sinusite - protagonistes supers sexys tu ne trouves pas - Et le cauchemars continu 
Le poisson dans son bocal que Mlle P est devenue entame une crise de schizophrénie " qui m'en veutttt, qui m'a jeter ce sort, libère moi oh toi dieux du mucus ou qui que tu sois". L'appart est devenu un champs de bataille et à défaut de tomber dans les escaliers elle glissera sur un mouchoir sale. (voix off d’Amélie Poulain) Triste fin d'une artiste hors du commun, elle entame alors la danse de la morve pour se donner du courage pour demain, un petit coup d'aspi et de serpillière histoire de redonner à son appart une apparence vivable et en avant les galères.


FIN
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire?