vendredi 23 août 2013

LE SURNOM

- Bon alors c'est quoi?
- Adolphe
- Très drôle, sans déconner c'est quoi?
- AAAAdolphe
- Tu vas pas l'appeler Adolphe?
-Si
-Tu vas pas l'appeler Adolphe?

-Si
-Tu vas l’appeler Adolphe?
-Oui comme le personnage du roman de Benjamin Constant.
-Vincent tu ne vas pas appeler ton fils Adolphe tu n'es pas sérieux.
-Je suis très sérieux, avec Julien Sorel c'est probablement le nom le plus connu de la littérature Française héros romantique par excellence non?

**************************************************************************************

Mlle P. a une fâcheuse tendance, donner un "petit nom" à ses "conquêtes", pas par mépris mais par automatisme comme ça sans s'en rendre compte le surnom apparait sans crier gare. Moyen mémo-technique mis en place automatiquement par son cerveau, certainement pour ne pas les confondre (sic).

En fonction de ses dispositions physiques, de lieux, ou d’éléments encadrants la rencontre, la mécanique implacable se met en place. Le prétendant se verra attribuer un sobriquet, plus ou moins avantageux mais toujours concis et représentatif. Pas toujours créatif, pas toujours délicat, car là n'est pas la question, le surnom a pour but de classer de manière rationnelle et précise. Alors au pif comme ça Le Chauve, le Roumain, Sacoche, Gros Câlin, Carte Bleue, Le Voisin, Le Cambodgien, le Tatoué ...

Si tu réfléchis tu verras que toi aussi tu dois avoir une mauvaise habitude dans ce genre.

Si tu penses que Mlle P pratique cela comme un affront ou une féministerie, pense encore. Car que nenni très cher (oui très cher sans "e" car il n'y a que toi, potentiel objet de la pratique, qui t’en offusqueras).  Et peut être même qu’après avoir lu ces quelques lignes tu trouveras bon de faire l'objet d'un sobriquet. Je te laisserais juger par toi même à la fin du billet.

D'abord sache que le surnom n'est pas donné à tout le monde, certains laissent un souvenir si peu convaincant qu'ils n'y ont même pas droit, ils sont à ranger dans la case du fifrelin. Next.

Ensuite il y a très peu de chance que tu découvres ton surnom, car bien sur, il n'est pas utilisé en ta présence mais seulement avec les copines, lors de soirées quelques peu arrosées là aussi dans le but de replacer les "choses" dans leur contexte. En effet, on se rappelle plus de speedy Gonzales que de Pierre, Paul ou Jacques. Et puis de rire un peu disons le (tu vois tu me fais rire). 
Si par le plus grand des hasards tu découvres le pot aux roses, quel qu’il soit ne t'en offusques pas. Je te le dis et le répète la pratique n'a rien de réducteur. Alors oui si ton surnom est "petit" tu peux supposer qu'il y a quelque chose de petit chez toi (Jamais eu de "petit" Ndlr) reste à savoir si c'est réellement une découverte pour toi!!

Enfin, au fil de la pratique un constat, c'est finalement les rencontres les plus positives ou les plus marquantes qui se voient attribuer un petit nom et puis pour tout avouer il y en a un qui ne laisse pas Mlle P indifférente ... Mais shuuut

Et comme disait Thomas Paine : 
"Les titres ne sont que des surnoms et tout surnom est un titre."

P.










1 commentaire:

Un petit commentaire?