mercredi 12 décembre 2012

Laché de Salopes

                                                                                                                  
(attention ce billet peut heurter la sensibilité des machos)

                                                                                                                               source : BETTMANN



Petit rappel en quelques dates: 

1790 : la femme  obtient le même droit à l'héritage que les enfants de sexe masculin.

1863 : Victor Duruy, ministre de l'Instruction publique,  crée les cours secondaires pour jeunes filles, jusque-là interdits.

1881 : Loi autorisant les femmes à ouvrir un livret de Caisse d'épargne sans l'autorisation de leur époux.

1944 : Droit de vote est accordé au femmes.

1967 : Loi Neuwirth autorisant la contraception .

1974 : Loi Veil autorisant l'IVG.

1990 : Arrêt de la Cour de cassation condamnant le viol entre époux.

Comme tu peux le lire ci-dessus nous nous battons, nous les femmes, depuis toujours pour obtenir des droits similaires à toi l'homme. 
Toi, longtemps propulsé en haut de l’échèle sociale grâce ou a cause de tes attributs sexuels et ta supériorité supposée. Oui toi, tes muscles, tes poils et ta queue.
De nos jours, 2012 dois-je te le rappeler? Mlle P pensait naïvement que les droits des femmes en France en tout cas, était un combat presque gagné, que nos grands Mères et Mères (la tienne peut être comme ce serait drôle) avaient fait l’essentiel; La gerbe de fleur devant la tombe du soldat inconnu, la création du MLF et de diverses associations militant pour le droit de la femme dont le fer de lance commun est de disposer LIBREMENT de son corps.

Mlle P pensait qu'elle faisait partie d'une génération consciente, et reconnaissante. Une génération en accord avec ses idées, en accord avec ses droits, ses devoirs et basée sur l'égalité, une génération en accord avec son corps.
Mlle P. avait tort!

Toi homme "moderne", que l'évolution darwinienne a manifestement rejeté, Toi qui considère et traite toute les femmes (a part celle qui est ou sera la mère de tes enfants bien sur!!) comme un objet matériel et consommable je souhaite te répondre.

Oui je suis une fille d'une nuit parfois ! oui j'aime m'envoyer en l'air avec un homme rencontré le soir même parfois! et avec un peu de chance en tirer du plaisir. Oui j'assume ma sexualité, mes envies, mon corps. Je m'assume moi tout simplement et n'ai aucun complexe a écrire ses lignes. Je dispose simplement librement de mon corps!! Mais dois-je te rappeler une chose?!  S'envoyer en l'air se fait rarement seule! mes coups de reins ne sonnent généralement pas dans le vide et si je t'ai rencontré ce soir... je crois que toi aussi.

Alors appel moi salope si tu le veux, trainée ou fille facile les adjectifs ne manquent pas tu choisira celui qui te plaira! Je ne regrette rien, ou si d'être tombée sur un MÂLE dominant et écervelé qui se prend pour un don-Juan face aux salopes du quartier. Mais le pire est que ces propos sont aussi tenus par des jeunes femmes, votre vie doit être bien triste ou votre jalousie bien maladive!

Je ne suis ni militante pour la cause féminine, ou la libération sexuelle. Et loin de moi l'envie d'accuser tous les hommes, non je ne te mets pas toi HOMME tous dans le même panier et je crois que si tu lis ces lignes avec intelligence tu sauras faire preuve de discernement.

Toi qui te reconnaitras par contre, la salope qui vibre en moi t'emmerde.

A bon entendeur ... Salut!








2 commentaires:

  1. Ah Mlle P.!!

    Au détour d'une conversation des plus anodines, j'ai eu vent de l'existence de ce blog. J'ai pris le temps de le parcourir (non dans son intégralité) et permets moi dans un premier temps de te féliciter, non seulement pour l'ensemble de son contenu, mais surtout pour ce billet que je trouve magnifiquement rédigé.

    Si la forme de celui ci pourrait faire rougir certains de nos vieux acadmiciens, le fond, lui, est digne des polémistes féminines les plus émérites de notre époque.

    En effet, on peut juger la qualité de ton écrit par sa faculté à diviser, puis à réunir et enfin à faire réfléchir sur un sujet plus que jamais d'actualité.

    Aussi laisse moi partager avec toi mon point de vue. Quant au combat mené par "nos mères et nos grands mères" (la mienne aussi), seul un être arriéré pourrait ne pas être ne accord avec toi. En effet, chaque être humain, qu'il soit né homme ou femme, a le droit de disposer librement de son corps.

    Mais nous sommes en 2012!!! Le fait de disposer librement de son corps n'empechera pas l'homme, animal prédateur par nature, de vouloir chasser. Je te prie de bien vouloir me pardonner pour l'emploi de cette expression.
    Nous sommes en 2012!!! Nous faisons partie d'une société ou le rapport au sexe n'est plus le même qu'il y a 10, 15, 20 ans. Nos mères et nos grands mères ne connaissaient pas la télé-réalité, les sites porno gratuits et les sex-toys. La libération sexuelle pour laquelle elles se sont tant battues a eu des répercussions qu'elles ne pouvaient pas imaginer. Aujourd'hui un collégien connait par coeur l'intégralité du Kamasutra.
    Nous sommes en 2012!!! Traiter quelqu'un de PD ou de salope a-t-il la même signification qu'il y a 10,15,20 ans?

    Nous sommes en 2012!!! Alors oui, une fille qui couchera le premier soir sera toujours traitée de salope, fille facile, etc... Et ce genre de comportements attisera toujours la jalousie/haine/dégout de celles qui continuent de vénérer le caractère sacré de l'acte sexuel par manque de courage, par peur du regard extérieur et par "manque de couilles".

    Mais nous sommes en 2012!!!

    Quant à moi, j'ai toujours traiter les femmes avec respect. J'ai été élevé par une reine (bisous maman)
    M'arrive-t-il de coucher le premier soir? Joker
    Si oui, est-ce que j'insulterais ma partenaire? Seulement si elle le désire.
    Pourrais-je traiter une femme de salope? Oui
    Mais si je le fais, je t'assure que c'en est une.

    PY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher PY
      merci pour ce commentaire, l'avis masculin face au regard féminin est plus que jamais une nécessité dans ce type de débat.
      j'ai lu ces lignes avec attention et ne peux m'empêcher de réagir. (pour changer !)
      Quand tu dis "une fille qui couchera le premier soir sera toujours traitée de salope, fille facile, etc... " Quelle unilatéralité, un homme qui couche le premier soir sera-t-il lui traité de la sorte?
      C'est en légitimant ce type de pensées, années après années que nous avons accepté la sentence et avons créé une déviance sur un combat qui a l'origine ne constituait pas une libéralisation de l'acte sexuel mais une libéralisation tout simplement. Disposer chacun de son corps n’est pas que physique, c’est aussi intellectuel et moral.
      Le combat mené n'est pas un détournement féminin pour se faire sauter mais une prise de conscience. Celle (et tu le dis justement) du regard que porte l’homme sur la femme. Je ne suis ni chienne de garde ni polémiste, mais si on me chasse, cela n’empêche pas que l’on me respecte, que ce soit pour un soir ou pas, dans ma sexualité ou pas.
      Je ne souhaite pas vulgariser quoi que ce soit, mais je le répète l’acte sexuel n’est pas l’affaire d’une personne mais bien de deux or comment peut-on ne pas s’imposer alors la même réflexion ? Comment un homme ayant une si piètre opinion d ‘une femme peut quand même vouloir passer la nuit avec elle. Peut-on être juge et partie ? Je ne le pense pas.
      Quant au caractère sacré de l’acte sexuel … en dehors de toutes références religieuses, le sacré désigne ce qui est mis en dehors des choses ordinaires, communes . Quel subjectivité donc que de caractériser, quel qu’il soit, un acte de sacré. Et si je respecte le choix de celles et ceux qui sacre sur un piédestal la sexualité ou tout autre sujet, ma seule revendication est qu’il en soit de même à mon égard qui est, non pas de banaliser le sexe mais bien d’avoir ma propre vision des choses, mon propre avis, ma propre expérience.

      Au plaisir de te lire sur ce sujet ou un autre…

      Supprimer

Un petit commentaire?